Retour sur la Biennale sur développement social de Montréal

4 juin 2015 à 18 h 59
 

Le Forum Régional sur le Développement Social l’Île de Montréal (FRDSÎM) a tenu pour la première année sa Biennale sur le développement social de Montréal les 2 et 3 juin derniers. Réunissant près de 200 participants, l’exercice visait à définir des stratégies pour inscrire le développement social comme élément moteur du développement de Montréal.

Près de 200 participants ont assisté à la première Biennale sur le développement social de Montréal

Tout d’abord, comment définir le développement social? Il fait référence « à la mise en place et au renforcement des conditions requises pour permettre, d’une part, à chaque individu de développer pleinement ses potentiels, de pouvoir participer activement à la vie sociale et de pouvoir tirer sa juste part de l’enrichissement collectif, et, d’autre part, à la collectivité de progresser socialement, culturellement et économiquement dans un contexte où le développement économique s’oriente vers un développement durable, soucieux de justice sociale ».[1] Il s’agit de mettre l’humain au centre de tout en somme, et de favoriser le bien-être collectif en réduisant les inégalités sociales.

Lors de la Biennale, Culture Montréal s’est joint aux autres acteurs concernés – organismes communautaires, fondations, tables de quartier, élus, gens d’affaires, etc. – pour développer des stratégies afin d’ancrer le développement social au cœur des priorités du développement de la ville. Nous avons voulu rappeler que la culture est indissociable du développement social. La culture est rassembleuse, elle permet de créer des moments, des rencontres, des échanges. Au cœur d’un quartier, elle est un vecteur de cohésion sociale, de partage.

Un bon exemple de culture au cœur du développement social de la métropole: lieu culturel important partout à Montréal, le réseau des bibliothèques publiques permet aux gens de tous âges de faire des découvertes littéraires et culturelles, gratuitement. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’enthousiasme que Madame Louise Guillemette-Labory, directrice associée – Bibliothèques, à la direction de la culture et du patrimoine de la Ville de Montréal, a partagé sa réflexion sur le rôle social des bibliothèques dans le cadre d’un atelier d’inspiration. Démocratiser la bibliothèque, en faire un lieu d’intégration, un véritable milieu de vie, branché sur le quartier et qui répond aux besoins des citoyens, telles sont de grandes priorités des bibliothèques de Montréal. Par des activités en ligne et hors-les-murs, l’objectif est de s’approcher du citoyen pour qu’il s’approprie sa bibliothèque et la culture!

À la clôture de l’événement, la Ville de Montréal a annoncé qu’elle commencerait bientôt à développer une politique de développement social. La nouvelle a réjouit évidemment tous les participants et il s’agit là d’un grand pas vers le bien-être collectif des Montréalais. Le rendez-vous de la Biennale de développement social de Montréal prévu pour 2017 en sera d’autant plus prometteur!

 


[1] Définition du FRDSÎM inspirée de : Conseil de la Santé et du bien-être (1997); Forum sur le développement social : Présentation de la démarche, Gouvernement du Québec, p.6

Commentez via Facebook

commentaire(s)

Laisser un commentaire