Initiatives
Magazine
Opinions
Nureyla Kama est une sculpteure dont les œuvres évoquent les thèmes de la vie et de la mort, notre relation avec la nature et ses composantes, l'enracinement-déracinement et la quête d'identité. Son travail est reconnu pour son intuitivité et ses qualités densément symboliques. Ses sculptures ont été prisées, elle a en effet remportée le premier prix de jury pour son buste de la femme africaine lors de l’exposition « Biennale printanière 2006 » organisée par l’association des artisans de la sculpture de Saint-Léonard à la galerie Port-Maurice de l’arrondissement. L'année suivante, elle a introduit, « argile sur modèle vivant » pour l'exposition photo «La Fleur de Peau» qui a eu lieu à la Maison de la culture du plateau de Montréal et au Consulat général de l’Algérie. En juin 2012, ses œuvres les plus récentes sont exposées au «Musée des maitres et artisans du Québec» dans le cadre de l’exposition collective: «Gaïa, Terre-mère», organisé par l’Association des artistes du Moyen-Orient : Le Levant. Elle a reçu un prix du jury pour ses oeuvres sur le thème de Gaïa, Terre-mère. Actuellement, elle prépare ses nouvelles créations pour l’exposition internationale ‘’Biennale Izmir 2013’’ qui aura lieu du 30 avril au 5 mai prochain à Izmir, Turquie. Sa rencontre avec les sculpteurs Guy Pierre et Jean-Louis Émond, lui a permis de développer plusieurs techniques en arts figuratif et abstrait. En outre, elle a une fascination pour les possibilités créatives amenées par l’utilisation des objets recyclés et des techniques mixtes. Kurde originaire de Dersim, Nureyla Kama est née en Turquie. En 2000, elle a immigrée au Canada et vit à Montréal depuis. Elle a une formation en travail social et exerce toujours dans ce domaine en parallèle de son art. Vivre l’art dans la vie de chaque jour est son rêve et elle croit en une forte relation harmonieuse entre l’art et la paix sur la Terre.